Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Moog
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 21:15

Parti ce matin au travail dans la nuit, la rue par endroits se teintant du jaune passé de la lumière des lampadaires, tout d'un coup les lampadaires s'éteignent. Ce n'est ni le jour, ni la nuit, et pourtant on y voit assez pour marcher.

Dans la rue suivante, rebelote. Cette fois, plus attentif, pendant quelques instants je peux distinguer la rougeur des filaments incandescents qui tardent à refroidir.

dans le petit jour
les lampadaires éteints
rougeoient encore

J'aime ce moment sans durée, sans frontiere claire et sans nom dans ma langue, ce ni ni hésitant que l'éclairage urbain prolonge au delà de sa fulgurance habituelle.

En arrivant à Saint-Ouen, un magnifique panache de fumée teintée de rose et d'or surplombe le site, tangeantant sans la toucher la trace fraiche et encore nette laissée par un avion.

ce soir, après un après-midi très chaud, vu l'horizon au travers des courants de convection montant du toit du train.

au dessus du train
tremblotent les toits
des lointains immeubles

le ciel de ce soir
toile d'araignée tissée
de rose et de gris

presque crépuscule
le ciel entaillé
s'illlumine

Partager cet article

Repost 0
Published by Moog - dans architectes
commenter cet article

commentaires

marlou 24/09/2009 21:58


Au-dessus du train...J'adore ce haiku...


Moog 25/09/2009 19:09


Merci marlou