Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Moog
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 18:04
Sur la Marne aujourd'hui, des feuilles mortes agglutinées par plaques au milieu de l'eau, un tapis qui s'écoule. Sur ses berges, partout, des feuilles. Les marronniers n'étaient que des précurseurs, aujourd'hui c'est le peloton des arbres à feuilles caduques qui charge routes et talus de feuilles, de toutes les nuances du marron au rouge. Et même l'eau de la Marne.

la mi-novembre
au milieu de la rivière
serpent de feuilles

Le froid a commencé, et pour les canards, les temps sont difficiles. Coups de bec et cancanements nerveux. Du reste de miche dont nous distribuons miettes et boulettes de mie, vite il ne reste plus rien.

canards en rond
sur l'eau tombant miettes
et feuilles mortes

les bords de Marne
le rire des corbeaux
au loin les voitures

Dans le square autour du bateau pirate, des feuilles par paquets, amas, tas, dans tous les coins. Dans la rue, sur certains arbres, seules quelques feuilles restent, prêtes à partir au prochain coup de vent.

La mi-novembre
rouge parmi les lauriers
l'érable nain

le chataigner
ses quelques feuilles parties
en un instant

la mi-novembre
l'orange sur la branche
verra-t-elle le printemps?

Rentrant à la maison, traversant la résidence dont les pelouses elles aussi disparaissent sous d'immenses tapis de feuilles jaunes et brunes, surprise de découvrir dans le jardin d'en face, à côté d'un grand pin, une pleine branche d'oiseaux pépiant et chantant.

la mi-novembre
jusque devant l'interphone
des débris de feuille

Partager cet article

Repost 0
Published by Moog - dans haiku etc
commenter cet article

commentaires

marlou 17/11/2009 13:30


Mal au coeur pour ces arbres dépouillés...


Moog 17/11/2009 21:00


Moi aussi, surtout les marronniers dont les branches sont à la fois noueuses et longues, comme des bras de vieillard.


marlou 17/11/2009 13:30


Les arbres qui un à un decouvrent leur pauvreté...Mal au coeur pour eux.


Moog 17/11/2009 20:59


oui, leur dénuement fait de la peine, mais pour eux qui le vivent chaque année, est-ce un dépouillement, une descente, ou déjà le début du cycle et du renouveau?