Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Moog
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 19:55
à cette heure où je sors, la nuit se termine et le jour commence, et pourtant la nuit perdure et le jour hésite, attendant en coulisses le bon moment pour faire son entrée. C'est qu'un petit jour d'octobre, un peu sombre et froid, ça ne s'impose pas aux lampadaires de la rue comme au bon temps du feu de camp ou de la lampe à pétrole...

A cette heure donc,  je croise un jogger qui rentre chez lui, et un chat aussi, sautant le buisson, chasseur ou chassé qu'importe...dans la nuit les nuages ont une teinte entre rose et mauve, l'aurore a-t-elle donc bien des doigts de rose?

Là-haut, la lune encore, faisant une timide apparition, plus comme une figurante que comme un premier rôle, plus cachée dans des nuages qui semblent fins et vaporeux, et glissent sur elle comme un septième voile. Pauvre lune ce matin qui ressemble à un cachet d'aspirine tentant de survivre à une assiette de borsch.

Marchant dans la rue, sans rythme imposé par la chute des gouttes de pluie, le vent dans les rameaux déplumés des marronniers, ou un camion de poubelles dans la rue d'à côté, marchant sans rythme et pourtant, dans cette rue désertée et silencieuse, mes pas déjà tambourinent et creusent le pavé, et portent un rythme minimal, une comptine.  Le flamenco, le fandango, la salsa ou le paso doble viendront plus tard, dans d'autres rues et à d'autres heures.

C'est un rythme sésame qui ouvre les yeux et fait apparaître les choses au delà du décor que nous avons appris à reconstruire autour de nous. Une marche de clochard l'air de rien qui n'attire pas les djinns mais simplement les petits riens qui rendent le monde beau sans en faire une icone.

trottoir en octobre
de feuilles parties les traces
encore fraîches

la bague en argent
sur la barre de maintien
quelle jolie main

tunnel du métro
par la baie un éclat blanc
et l'air frais soudain


Partager cet article

Repost 0
Published by Moog - dans haiku etc
commenter cet article

commentaires