Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Moog
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 21:01

Au sortir du cours, détendu, les épaules dans leur logement, les muscles dénoués, l'impression de marcher sur un tapis, le corps chaud comme après la piscine

 

chaque chose apparaît, séparément, et disparaît, sans rémanence, de ma route. Est-ce moi qui marche ou le paysage qui défile, est-ce l'eau qui s'écoule ou le pont qui dérive ?

 

remontant le chemin latéral, marchant sur une terre creusée d'ornières, contournant un tas géant de feuilles encore souples, d'un coté le remblai de la voie ferrée, herbe et feuilles dessinant un motif fauve, de l'autre des taillis enchevêtrés, pyracanthes, ronces, barbues, puis des jardins privés.

 

Dépassant le muret de cinq mètres, un if sombre, toutes ses baies ou presque rassemblées au sol de l'autre côté du grillage. Si rouges, si charnues, collées les unes aux autres comme les perles d'un collier qui viendrait de casser

 

les baies de l'if

d'un coup de vent

tombées

 

le vent d'automne

fait trembler les nuages

dans les ornières

 

Plus loin, par-dessus le mur d'enceinte du cimetière, dépassent des branches d'arbres fruitiers, prunier à mirabelles et néflier. Poussent-ils à même les tombes, comme les roses trémières de Talmont, ou ont-ils été plantés pour donner à un mort une ombre au goût sucré ? 

 

Avant de parvenir à l'avenue qui comme à Montparnasse coupe en deux le cimetière, de très loin le bruit d'une voiture comme on entend la mer. Un pigeon passe, virant et planant en arabesques élégantes. Je traverse la rue, presque un autre monde.

 

Quelle odeur de la terre gorgée d'eau et de feuilles, entre champignons et litière, douceâtre et écoeurante, parfois épaisse au fond de la gorge.

 

Quelques derniers jardins, clôtures et palissades enchevêtrées de grimpants, glycine, lierre, passiflore, et soudain, une vigne vierge dépouillée de ses feuilles, hérisson impudent et impudique dardant ses tiges écarlates encore gonflées d'eau, anémone de terre

 

Tout a une fin, et déjà s'annonce la fin du chemin latéral, et ce coin bitumé qui me ramènera trop vite à la circulation, je cueille une baie sur un arbuste au nom inconnu, ni laurier ni oranger me disent ses feuilles mais pourquoi m'y fait-il penser ? Nostalgie de l'été ou du midi ?

 

La baie est ronde et dure, résiste à mon pouce jusqu'au dernier mètre, livrant enfin une graine d'un orange flamboyant au moment même où je rejoins le monde dans l'avenue Sainte-Lucia. Souriant, je l'envoie par dessus une palissade, lui souhaitant de devenir, dans ce jardin inconnu, à son tour porteuse d'un des derniers fruits de l'automne

 

sur le trottoir

sautant de feuille en feuille

comme avant

Partager cet article

Repost 0
Published by Moog - dans haibun
commenter cet article

commentaires

Musardises/Parisianne 15/11/2010 08:41


Très beau et j'aime particulièrement cette petite graine envoyée à un destin inconnu qui offrira je l'espère une belle surprise à ces nouveaux voisins !


Moog 15/11/2010 20:53



oui, moi aussi. Après cette balade sur un nuage, je la trouvais tellement belle, mais elle est mieux là où je l'ai envoyée



Tricôtine 14/11/2010 20:56


jolie promenade sur un blog latéral ... pourvu que la graine devienne un bel arbuste puis un arbre qui sautillera de feuille en feuille comme un enfant !! :0)))


Moog 15/11/2010 07:09



oui, pourvu qu'elle trouve son chemin, et grandisse :D



phil 14/11/2010 20:20


Oui, je trouve aussi ces textes proses et haiku très beaux !

Phil


Moog 14/11/2010 20:29



Merci Phil pour tes encouragements.


L'ensemble se prête bien au rendu, presque spontané, d'une déambulation au hasard, le corps détendu par une heure de tai chi, un samedi sur le coup de midi :D


Les prochaines étapes : retravailler certains de ces textes pour en faire un bouquet de haibun, et pour les haikus, un passage à la serpe !



Mop 14/11/2010 11:05


Très beau blog avec des haïkus réussis.
Petite remarque : voir "arilles"
Cordialement.


Moog 14/11/2010 11:11



Merci Marcel, et merci pour ce nom des baies d'if que je ne connaissais pas. Jolie sonorité. Bon dimanche à toi



Nounedeb 14/11/2010 09:30


Salut Moog. C'est magnifique. Simple et émouvant.


Moog 14/11/2010 10:42



trop gentille :D j'essaie de retranscrire des émotions simples au sortir d'un cours qui me rend plus réceptif. Bon dimanche à toi