Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Moog
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 18:13

le vent souffle comme jamais, par rafales fortes et brutales, s'écoulant autour des immeubles et des arbres, parlant de multiples voix, qui ressemblent à celles de la mer

 

la mer qu'on entend une conque à l'oreille, l'oreille qui entend le vent et ses répliques qui tournoient dans les airs, celui qui fait gronder le pavillon, celui qui secoue les arbres, le vent

 

secouant les arbres, arrachant les feuilles par dizaines, les envoyant voler dans l'air, comme autant d'énormes flocons, virevoltant à chaque risée,

 

arrachant les feuilles par dizaines, les poussant sur la route, le trottoir, la piste, les poussant vers les haies, les poussant vers les arbres à chaque saute

 

saute de vent

la feuille qui tombait

fait un salto

 

vent de novembre

au sol les feuilles mortes

remous

 

tas de feuilles mortes

un coeur gros comme ça

sur la chaussée

 

dans le vent turbulent, les bouleaux agitent leurs branches, frêles, comme les bras d'un fou, leurs feuilles font des petites taches jaunes et brunes sur la pelouse

 

la pelouse, tigrée de feuilles, de branchages, de baies, l'herbe détrempée

 

dans la rue, carpaccio, le rouge bordeaux du trottoir, les briques des maisons, le vermillon des voitures, le parapluie vieux rose

 

et les feuilles de marronniers, trempées, déchirées, en morceaux, éparpillées, collées en travers du passage, du caniveau aux murets, et les tiges tombées, et les bourgeons des prochaines feuilles déjà présents, gonflés, d'un rouge presque noir

 

mais du rouge des érables point, leurs branches nues, nettoyées par le vent, vides

 

rentré dans la maison, les yeux remplis de teintes jaunes, brunes et rouges

 

mi-novembre

sur la table stigmates

taches de safran

Partager cet article

Repost 0
Published by Moog - dans haibun
commenter cet article

commentaires

Catheau 13/01/2011 22:10


Vos textes, comme autant d'arbres au milieu desquels on se promène. J'aime beaucoup votre regard quotidien et attentif sur eux. Merci de votre récente visite chez moi.


Moog 15/01/2011 21:04



de rien Catheau, c'était un premier contact, et j'aime beaucoup vos analyses littéraires



Minik do 13/11/2010 20:10


Très bien décrite cette tempête d'automne.
Tous tes sens en éveil, le coeur qui bat un peu plus fort
peut-être...


Moog 13/11/2010 21:00



Merci Do, c'était comme toujours assez impressionnant, ce choeur de vents rageurs, et ces feuilles volant dans tous les sens. Nous ne sommes pas un pays de tornades, seulement de tempêtes.
Aujourd'hui il y a des feuilles dans tous les taillis et les fourrés.


Bon dimanche à toi



Jean-Pierre 13/11/2010 13:46


Feuilles d'automne emportées par le vent ...
Très beaux tes écrits !


Moog 13/11/2010 16:52



Merci Jean-Pierre


c'est le moment d'en profiter, cette période où les feuilles volent et tracent des arabesques dure tellement peu...



Evy 12/11/2010 19:31


ah! que c'est féerique l'automne toutes ses couleurs jolie texte merci pour ce parage


Moog 13/11/2010 00:43



Nounedeb 12/11/2010 13:32


Salut Moog! Bravo pour ce festival de feuilles mortes, inépuisables muses. Bonne journée. :}


Moog 12/11/2010 13:41



Merci Nounedeb. il faut en profiter pendant que ça dure, plus que quelques jours avant que les arbres ne soient nus.