Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Profil

  • Moog
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
  • En mode (re)découverte de cet équilibre qui m'est propre. J'aime chanter, le tai chi, lire, écrire, rire...apporter du bien être aux autres et profiter du quotidien.
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 20:23
A cool and grey morning welcomes me in front of my door ; today, no smoky smells and no air shuffling sound ; fare thee well, marine smells !

my tanned arms
against the grey sky witness
there was a summer

As I go walking in the garden, with every step I do I send birds flying farther.  In the sky, a real mess of clouds going in every direction. Dispersion today.

Happily after this grey morning, summer has returned just for the afternoon, like visiting us from his new settling place. A change of season or a season of changes?

In the garden, pouring water on the flowers and bushes, the leaves are becoming green and lush again.

pouring and shedding
on lush leaves and bushes
water, just water
Repost 0
Published by Moog - dans haibun
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 19:56
Ce matin, une puissante odeur de varech me prend à la gorge à peine passée la porte d'entrée, et avant même de franchir le portail, j'entends souffler à plein régime la centrale de séchage dans le chantier de la nouvelle crèche juste en face. Après quelques jours seulement, la mer est déjà un vieux souvenir.

algues pourrissantes
le bruit lancinant des vagues
fini les vacances

C'est dit, la ville est passée de l'autre côté du mois d'août, les trottoirs sont débarrassés de leurs sacs rebondis de feuilles mortes, toutes les places de parking sont prises. On se prend à regarder plus haut :

le long de la rue
les marronniers brunis montrent
leurs couilles pointues

marchant vers mon train
m'arrêtant pour laisser choir
la feuille d'érable

Dans le train aussi, l'heure de pointe a fait sa rentrée. Surpris, les voyageurs à Joinville redécouvrent les vertus du voyage debout. Commuter blues.
Repost 0
Published by Moog - dans haiku etc
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 19:45
Jusqu'à la fin du mois d'août j'ai fait une pause dans les leçons du matin, je profite donc pleinement de mon temps de transports en commun. 

Entrée sur le quai
sous le pont de mon train juste
la face arrière

sur le quai se croisent
sans se voir les voyageurs
leurs pieds se saluent

Après toutes ces années passées dans les coulisses j'ai du mal à redevenir un simple voyageur, et à voir sans regarder ceux qui m'entourent et ces lieux-mouvement hybrides, corridors de passage et quais d'attente.

Dans cet environnement à l'immuable éclairage électrique, entre le blanc des carrelages biseautés et le  gris anthracite de l'asphalte, le temps ne s'écoule pas comme à l'extérieur, parfois on se demande s'il s'écoule d'ailleurs :

Si bien alignés
l'escalator à l'arrêt
et l'escalier fixe

cet escalator
comme hier traces de gras
le même chiffon

Et ce soir, en pleine heure de pointe, avec tous mes camarades d'origine-destination qui comme moi trouvent que cette heure est la meilleure pour rentrer :

la trace noircie
au-dessus de la porte
déjà pris ce train

depuis mon siège
escadrille de beignets
bientôt le dîner
Repost 0
Published by Moog - dans architectes
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 22:24
Ce matin, une odeur de fumé remplit l'air, le ciel bleu est comme posé sur l'horizon rose, des avions dans le ciel se donnent des faux airs d'étoiles filantes et de comètes.

matin d'été
dans l'air encore l'odeur
des feuilles brûlées

les marronniers et les tilleuls de l'avenue font triste mine, à moitié porteurs de feuilles brunies par la vague de sécheresse qui s'achève, mais quelque chose a changé dans les rues : les éboueurs ont fait leur rentrée.

l'été qui s'achève
de feuilles mortes débordent
les sacs poubelle gris
 
Dans le train aussi quelque chose a changé. Les habits d'automne ont fait leur rentrée, et même si quelques irréductibles tentent de maintenir les couleurs chaudes et courtes de l'été, les manteaux et vestes sont de retour. D'ailleurs, à bien y penser, dans le train, ce matin, il fait un peu froid.

changement d'habits
pour les maillots de bain c'est
l'hiver qui commence

depuis ce matin
de l'été les couleurs chaudes
photos de vacances

Mais heureusement, dans le souterrain d'Auber, la saison finalement ne change pas. Sous l'éclairage électrique, l'asphalte noire ne voit passer que des pieds, pas des mois. Heureusement, il y a toujours quelque chose qui s'y passe pour nous rappeler que le temps passe...et les nettoyeurs aussi.

l'escalator -
à gauche comme à droite porte
traces de chiffon gras



Repost 0
Published by Moog - dans architectes
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 22:15
Ce soir en sortant, tard, de la gare, il fait nuit et la pluie vient de tomber. Les sacs poubelle brillent sur les trottoirs, les réverbères se reflètent sur la chaussée, et quelle odeur !

averses d'été
dans le soir plane une odeur
de thé fumé

après la pluie
sur mon front coule de l'eau
des branches de l'orme

la fin de l'été
dans la nuit après la pluie plane
l'odeur de chaque arbre
Repost 0
Published by Moog - dans haiku etc
commenter cet article
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 11:48
Maintenant que tout le monde est rentré de vacances, c'est le retour aux  occupations habituelles du week-end. Par chance, aujourd'hui, un petit peu d'été est resté accroché aux branches des arbres  ; sur les bords de Marne où nous arrivons, mes fils et moi, les mains pleines de pain rassis, pour donner à manger aux canards, le temps s'écoule, comme la rivière, au ralenti.

deux feuilles tombées
à la surface de l'eau
mille soleils

Dès notre arrivée nous croisons un groupe de canes, et peu à peu un vrai rassemblement se constitue, canes et canetons de l'année maintenant bien grandis.

Emietter du pain rassis depuis plus d'une semaine et légèrement moisi est moins facile qu'il n'y paraît, le bougre rippe et s'accroche aux doigts, et pour les petits doigts des enfants, c'est un vrai cours d'EMT.

Bientôt nous sommes tous les trois absorbés dans la confection de petits bouts de pain suffisamment gros pour être lancés, et suffisamment petits pour être mangés.

Une mouette, perdue dans le val de Marne, nous observe et fait des ronds au-dessus de l'eau, les pêcheurs plus loin assis en silence attendent le poisson.

les canards sur l'eau
sans effort restent en cercle
les feuilles s'écoulent

Le soleil se reflétant dans l'eau qu'un rien agite, les buissons de joncs plantés ça et là au bord de la rivière, les libellules noires et bleues volant au ras de l'eau, comme on est bien à la fraîche !

rien que silhouettes
dans l'eau verdâtre et boueuse
les alevins

Repost 0
Published by Moog - dans haiku etc
commenter cet article
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 10:43
Le jardin survit tant bien que mal à la sécheresse. Sous l'altéa, le sol est couvert de fleurs mauves désséchées, mélangées aux feuilles de tilleul et de marronnier.  Deux hortensias sur trois sont sinistrés, les fougères scolopendre sont à plat.

Arrosant le rhododendron, le bruit me fait témoin malgré moi d'une courte bataille  d'ombres dans l'érable qui surplombe la haie de tuya, un corbeau bientôt prend son vol la tête d"un oisillon dépassant de son bec, suivi de près par un autre corbeau, silhouette sombre aux ailes déployées.

planant dans le ciel
le corbeau et son repas
la mère craquette

Portant arrosoir et bouteille je vais de buisson en taillis, quand soudain , vacarme surprenant, se déclenche l'arrosage automatique de la crèche d'en face.  Une nuée d'oiseaux s'envole de la pelouse, fuyant les trombes d'eau qui bientôt traquent méthodiquement chaque pouce du terrain, saturant l'air d'humidité et poussant un mince brouillard à travers la clôture.

surgissant soudain
gerbes et trombes d'eau chassent
pies et étourneaux

D'un coup, à  proximité la fraîcheur s'installe pour un court moment, les oisillons, ou est-ce des alouettes, se regroupent dans le tilleul, juste de l'autre côté de la haie. Se poursuivant dans l'arbre, ils en agitent les branches, à moitié cachés ptar les feuilles, piaillant et chantant.

du tilleul s'agitent
les branches et le feuillage
guirlande d'oiseaux
Repost 0
Published by Moog - dans architectes
commenter cet article
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 19:56

Got out today tired and two times happy, that it was friday and that my beloved are coming back tomorrow. Only the lack of sleep can explain the horn sound that buzzed in the garden. Or did the building float his way through an unknown ocean this night?


continuous horn
neither the blackbird nor me
knew the reason why


On the red building in front of me, a giant window is opened like a hatch, or is it a door magically appeared in that same night ? Feel like winning a level.


Walking in the street like an automat, trying to find a rythm to stick to, a couple of pigeons on the pavement just looks like children toys click clicking their way and nodding in the same time.


pigeon bride and groom
walking like a clock tick tock
hurry to my train


On the first crossroad a giant circle has been drawn, or made, on the central place. A perfect one. Is it the step after the crop circles?


Back after work, looking on the kerb in my street, found many other small circles just at the limit of the pavement. Street circles.

Repost 0
Published by Moog - dans haibun
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 18:54
Day begins just in the heart of the summer heat, spread over everything like a net. Walking along the small road makes birds fleeing from the trees. Smells like burned, charred leaves. Cloud like a gigantic rosish white and spiralling helix divides the sky, with small cloud branches connected to it. Is the sky a gift today? Rejoining the station like walking on flying steps.

summer morning walk
the dog and his master share
same wondering look

ending summer heat
trees have grown red fruits 
from fire seeds

Feels like the weather should definitely change today, are we on this point when summer packs and prepares to go? During the afternoon, though ground and walls are all covered with dust, the slight rain that falls does not smell like beach. The wind carries a white and cool smell.

summer is ending
through the rain wind sings that
soon the birds will leave
Repost 0
Published by Moog - dans haibun
commenter cet article
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 21:12
Les roses ont la vie dure. Malgré les températures de ces derniers jours qui ont réduit les hortensias à des boules de papier froissé, les rosiers de la résidence continuent de porter fièrement fleurs roses et blanches. 

Hier matin dans la station où l'asphalte a été fraîchement cirée, l'odeur de rose encore, omniprésente et ... si incongrue.

de la rose fraîche
l'odeur entêtante gagne
même le clochard

Au milieu des arbres jaunis prématurément et des altéas qui jonchent le pavé de cones flétris, dans la chaleur de l'été je rentre chez moi au soir, après une heure passée dans la chaleur des transports. Suant et fripé.

rentrant du boulot
mes habits froissés et sales
pétales de rose

Repost 0
Published by Moog - dans haiku etc
commenter cet article